Accueil       A Propos       en Inde       en France      

lundi 18 août 2008

Yes sir, of course sir, no problem sir…

Jeudi 14 août. 4 jours avant que laisse le rickshaw à mon agent.
Il est déjà 14 heures et je n’ai pas encore mis les pieds au R.T.O, j’attends patiemment le top départ de Sunny. A 15H30, nous arrivons au R.T.O.

Enfin, je redécouvre les joies de l’administration indienne. Ce fameux bureau dans lequel personne ne veut mettre les pieds. Où, moi même, j’avais fait appel à un agent qui m’avait pris 50 euros et 22 jours pour enregistrer le véhicule…. Nous devons dés-enregistrer le véhicule et obtenir un N.O.C en 2 jours. A ce moment là, je n’y crois pas trop !

Le R.T.O c'est en fait 4 bâtiments (blocs), numérotés de A à D mais qui semblent n’avoir aucune règle. Je m’explique. L’administration des tricycles, des motos, des permis de conduire ou des voitures peut se trouver dans n’importe quel bloc.

Chaque bloc comporte 30 guichets où le ballot vient faire la queue sous une planche de tôle.

Ainsi, nous avons jonglé d’un bureau à un autre pendant 1H30. Lorsque nous arrivons au bureau adéquat, nous remplissons quelques documents, obtenons des tampons de toutes les couleurs, tout semble se dérouler pour le mieux…
Une signature du Boss des rickshaw et c’est dans la poche.
Pendant 2 heures, nous sommes envoyés au 4 coins des blocs afin de trouver le boss qui voudra bien signer. Mais rien n’y fait. Personne n’y tient...
Après 3H30 dans les bureaux du R.T.O, nous laissons tomber, il faudra revenir samedi en espérant que ces messieurs ne prennent pas un week end prolongé...

Samedi 16 août. 2 jours avant que je laisse le rickshaw à mon agent.
Il est 11 heures lorsque j’arrive au R.T.O avec mon turbo jet. Cette fois, Sunny n’a malheureusement pas pu m’accompagner…
J’affronte donc le R.T.O seul, ma mission : obtenir une signature.
Alors que nous avions profité de l’Hindi et de la facilité à s’ouvrir vers les autres de Sunny. Je vais devoir faire le boulot par moi même !!!

A 15H, alors que j’avais déjà essayé de le voir à 3 reprises, le Boss de la division rickshaw demande subitement à me rencontrer dans son bureau. Le seul bureau du R.T.O avec la clim ! Probablement étonné de voir un blanc jongler d’un bureau à un autre, il me fait passer l’interrogatoire classique :

Officer - What do you do in mumbai ?
Officer - Why do you want to send a rickshaw to France ?
Officer - Is there any rickshaw in France ?
Officer - Do you know what is an epagneul breton ?
Moi - Are you talking about the dog sir ?
Officer - Yes I want to get one for my daughter. We will make a deal, I sign your paper and you send me a baby epagnol breton by air mail from France. I will pay for that.
Moi - Yes sir, of course sir, no problem sir…

C’est seulement 2 heures après avoir obtenu l’autorisation du boss et m’être engagé à envoyer un chien de race en Inde ! que je récupère le document officiel qui autorise le rickshaw à quitter l’Inde. Il est 16H30. Je viens de passer 5H30 dans les bureaux du R.T.O. Ouf…

jeudi 14 août 2008

The dream shipping team

Photo: La dream shipping team en réunion de travail.

Cette fois c'est bon, le rickshaw est au poil ! La session Tunning s'est officiellement terminée hier avec l'installation d'une sono sur laquelle je peux connecter mon Ipod.

Il est maintenant temps d'exporter le véhicule en France. Douanes indiennes, douanes françaises, packing, container et cargo font partie des derniers instants que je vis en Inde.

Pour ce faire, j'ai concocté une équipe de choc : Sunny et Bili.

Sunny est avant tout un ami. Mais lorsque ce charismatique sick retourne son turban, c'est un agent spécialiste de l'exportation de véhicules professionnels, qui a déjà exporté 250 rickshaws au Soudan. Sa mission est de négocier avec les douanes indiennes, de m'aider dans mes tâches administratives, de packer le rickshaw et de l'envoyer au port.

Sunny travaille étroitement avec Bilitis, une amie proche francaise. "Bilite", comme j'aime la surnommer... est en charge de l'exportation du véhicule. Réservation du bateau, location d'un container et dédouanement en France rythment et rythmeront ses prochains jours. Elle gère toutes ces activités depuis son nouveau poste chez ATAfreight à Marol. Une vraie pro !

Voici le programme:
  • lundi 18 août: Amener le richshaw au port situé à l'autre bout de la ville, 30 km dans les bouchons de Bombay...
  • Mardi 19 août: Packing. Packer le rickshaw dans une cage en bois de 3 m3
  • Mercredi 20 août: Entrée du rickshaw dans le container
  • Jeudi 21 août: Positionner le container sur le cargo
  • Dimanche 24 août: Départ du cargo
Depuis 1 semaine, aucun problème n'avait fait son apparition... Jusqu'à ce qu' hier à 23H00 Sunny m'appelle: "Boss, you were right... we need the NOC by monday !" Sauf que le 15 août c'est férié, l'administration indienne ferme ses portes et que le NOC est un document à obtenir auprès du RTO...

Merci à vous deux !

Photo: A 3H00 du matin lors de ma soirée de départ, la dream team prend du bon temps...

mardi 12 août 2008

Tunning session

C'est mardi dernier que j'ai conduit le rickshaw pour la première fois. J’ai appris à conduire dans les rues de Bombay en 10 minutes et de façon crescendo... Je sors de mon building 5 étoiles, j'arrive sur 16th road au centre du Beverly hills indien, la route est dégagée, droite et propre... rien de tel pour débuter.

Mais 100m plus loin c'est l'anarchie, j'arrive au premier croisement, les klaxons viennent pigmenter mon stress, je dois maitriser l'engin, j'arrive sur linking road, cet axe principal chargé à bloc. Pooja ma toute première passagère est en sueur, elle me jette un sourire timide, mais je sais qu’elle n’est pas rassurée. Le fait qu’elle s'agrippe aux portières de l'engin qui ne demandent qu'à tomber n’arrange pas les choses... Et comme si ce n’était pas assez, la mousson fait son apparition. Même si la place de conducteur de rickshaw offre une protection certaine à ce genre de situation, en 30 sec je suis trempé.

Arrivé, à juhu, je prends la première à gauche, pour enfin, arriver sur Garage road. Comme son nom l'indique, c'est une rue de garages... de rickshaw. C 'est une rue pleine de nids de poules, impraticable selon un standard européen.. mais je suis au bon endroit. Pooja questionne quelques garagistes pour trouver la perle rare... Je trouve Ganesh expert en tunning rickshaw!

3 jours de tunning furent nécessaires pour arriver au résultat attendu. Voici le process:


L'original de face
L'original de dos
Mise en place de l'armature

Début de la peinture
Peinture OK !
Couture de la bâche interne
Fixation de la bâche interne
Préparation de l'intérieur
Fixation de l'intérieur
Prise de mesures de la bâche extérieure
Découpe de la bâche extérieure
Couture de la bâche extérieure
Nouvelles vitres
Achat d'accessoires
lavage

Perfect !

Attention, Ganesh n’est pas un boss comme les autres… il met la main à la pâte et manage 3 équipes de 5 personnes. Peinture, couture de bâche et mécanique. Grâce à ce mélange explosif, le garage de Ganesh offre un service total à ses clients.

Voici le garage :


Rickshaw Story : Alors que le sud de Bombay est interdit au rickshaw taxis, les rickshaw privés sont eux autorisés à circuler dans le sud de la ville. Ainsi, dimanche dernier, nous avons traversé la ville pour aller à Colaba. 1 panne d’essence, 1 contrôle de police, 1 réparation « à l’indienne » par un garagiste de moto, 2 heures aller et 3 heures retour plus tard, nous voici garés devant la Gateway of India, site touristique incontournable de la ville. La preuve en Image: